We want Miles

Publié le par Nicomaque

Miles-Davis-after.JPG
Je signale l'excellente exposition Miles Davis à la Cité de la musique, jusque mi-janvier. Allez-y pendant les vacances, c'est une expo à ne pas rater pour tous les fans de ce grand maître du jazz. J'y vais avec une de mes classes vendredi 18.

L'exposition retrace le parcours musical et personnel de Miles Davis, de son enfance à East Saint Louis (États-Unis) au concert qu'il donna à La Villette, à Paris, juste avant sa disparition, le 28 septembre 1991.
L'exposition regroupe des clichés photographiques, des extraits vidéo de ses concerts, des instruments dont il a joué et d'autres appartenant à ses compagnons de route, des partitions rares, certaines de ses tenues de scène, des archives liées à la réalisation de ses albums, etc.
De nombreuses oeuvres d'art, tableaux ou sculptures, appartenant à Miles Davis sont également présentées. Elles témoignent des influences artistiques multiples de l'artiste.
Sur 800 mètres carrés, l'exposition présente l'oeuvre et la vie de Miles Davis de manière chronologique. Elle est divisée en séquences thématiques qui correspondent aux grands temps de sa carrière et invite les spectateurs à un parcours à la fois visuel et sonore.

Dans les années 79, Miles Davis fut un explorateur audacieux des nouvelles possibilités sonores offertes par les instruments électroniques. S’entourant de jeunes musiciens surdoués, il a écouté Jimi Hendrix, James Brown, Sly Stone et sa musique est devenue moins abstraite, davantage orientée vers la guitare.



Son album "In a silent way" (extrait ci-dessus) réalisé en 1969 marque ce tournant musical (c'est l'année de ma naissance). Cet album réuni les contributions de Joe Zawinul, Chick Corea et Herbie Hancock au piano électrique, de John McLaughlin à la guitare électrique et de Tony Williams à la batterie.


Six mois après avoir enregistré In a silent way, Miles enregistra ce qui constitue l’album de référence du mouvement jazz-rock, "Bitches Brew". Réalisé en 1970, Bitches Brew est vite devenu l’un des albums les plus vendus de l'histoire du jazz.


Ci-dessus, l'hommage de Miles à Michael Jackson :




Publié dans Jazz-fusion

Commenter cet article